MON CHIEN ME FAIT LA TÊTE !

MON CHIEN ME FAIT LA TÊTE !

Votre chien vous a toujours préféré aux autres membres de la famille. C’est à vous qu’il obéit le mieux et il vous suit partout. Mais dernièrement, vous êtes parti sans lui en vacances. A votre retour, il vous a fait la tête pendant deux jours, restant couché dans son panier ou obéissant ostensiblement à votre entourage qui s’en était occupé pendant vote absence. Comment expliquer cette attitude ?

Le chien n’est pas toujours le sentimental que l’on croit. Dans sa famille, sa préférence ne va pas au plus gentil, ni même à celui qui lui donne des friandises. Il suit… celui qui prend des décisions. C’est logique. S’il veut obtenir quelque chose, c’est bien à celui qui a le pouvoir qu’il vaut mieux le demander. Le chien est du même avis que la sagesse populaire : il vaut mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à ses saints.

Opportuniste ?

Sans vouloir semer la zizanie dans le ménage, votre chien a désigné celui qui, tout au moins à la maison tient les rênes : vous. Mais, sans doute après avoir vraiment attendu votre retour pendant de nombreuses heures, il s’est fait une raison. Votre entourage vous a remplacé très consciencieusement, se faisant obéir et donnant des caresses appréciées. A votre retour, votre chien ne vous avait pas oublié. Mais votre rôle de leader avait été remplacé. Pendant quelques jours, il s’est demandé quelle était la structure de la famille. Chacun ayant repris ses habitudes et prérogatives, votre chien a lui aussi retrouvé son comportement précédent, en particulier à votre égard. Il ne vous a jamais boudé à proprement parler, il a ignoré votre autorité. L’affection dont est capable le chien ne doit pas faire oublier que son comportement général est tout de même guidé par la notion de hiérarchie.

Recherche leader

Voici un autre exemple, encore plus « frappant » : supposons un agresseur qui bouscule le maître et le jette à terre. Il se peut, en particulier si l’agression a été très rapide, que le chien ait tendance à se jeter à son tour sur son maître, plutôt que de le défendre. Bien entendu, il s’apercevra rapidement de sa méprise qui s’explique par le fait qu’il croyait que son leader avait été brutalement remplacé. Vous trouvez cela exagéré ? Pourtant, ce comportement peut être observé en jouant. Vous pouvez en faire l’expérience en simulant une bagarre et en faisant en sorte que le maître du chien ait le dessous. Vous verrez que le chien, loin de « défendre » son maître, le prend pour cible, en compagnie des autres « agresseurs ». Dans une autre variante, où le maître aurait l’avantage, il retrouverait son chien à ses côtés.

Prendre un deuxième chien afin de déculpabiliser de nos absences ?

Pour lutter contre l’ennui de son chien, il est courant d’entendre que prendre un deuxième chien est la solution. Evidemment, comme tout animal social qui se respecte, Médor trouvera sans doute un intérêt à ce compagnonnage canin. Mais cela seul ne suffira pas à combler le vide de ses journées. Si votre premier chien n’est pas assez stimulé mentalement et physiquement, le deuxième ne le sera pas davantage. De plus, par principe d’imitation le deuxième risque d’avoir les mêmes
comportements que le premier. Vous serez donc non plus en
présence d’un chien qui s’ennuie, mais de deux ! Tout dépend
donc des individus, parlez-en à votre vétérinaire ou
comportementaliste. Même s’il sera heureux d’avoir un copain, il n’y a pas mieux que votre présence et votre temps pour lui éviter l’ennui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *